LÉGENDES
de
L'EURE


LA COLÈRE DE MALOU

On voyait autrefois, sur le chemin de Cormeilles à l'église de Saint-Pierre, une croix en pierre à laquelle se rattache la tradition suivante. Les religieux avaient, dans leurs domaines, le privilège d'acheter, avant tous les autres, les différents objets de consommation à leur usage.
Un jour ils enlevèrent tout le poisson. Le seigneur de Malou, furieux de voir que son pourvoyeur ne lui rapportait rien, assembla ses vassaux pour aller se venger des religieux.
D'abord il fait couper par morceaux un moine qu'il rencontre sur son chemin, et force les femmes qui revenaient de l'église, de les emporter avec elle.

Il marche ensuite sur l'abbaye, prise au dépourvu.
A cette nouvelle, l'abbé et les moines, avec croix et bannière en tête, sortirent au devant de leur redoutable adversaire.
Ce spectacle inattendu changea subitement ses intentions hostiles : il demanda pardon à Dieu, prit l'habit religieux, et fit élever une croix au lieu même où le sang avait coulé par ses ordres.

Note : suivant une autre version moins répandue, l'attaque contre l'abbaye aurait été provoquée par le meurtre du pourvoyeur du châtelain, tué par celui des religieux, à la suite d'une querelle au sujet du poisson.

Alfred CANEL - Essai historique, archéologique et statistique sur l'arrondissement de Pont-Audemer (1833)